L’homme a depuis longtemps exploité la nature à sa guise persuadé qu’elle était inépuisable, cette conviction primitive était possible quand l’effectif humain était insignifiant sur terre et que l’homme ne disposait pas de moyens d’actions puissants. 

Depuis quelques siècles l’homme s’est multiplié rapidement au point ou ses besoins tant en nourriture, matière première et espaces sont devenus importants qu’il a était contraint vers la transformation d’immense espaces.

Certes l’homme est le plus privilégié de tous les êtres vivants mais il oublie souvent qu’il est apparu bien après la nature qui lui a permis d’exister. Il joue très souvent deux rôles antagonistes : destructeur et bienfaiteur ; conscient de ces dégâts et cette pression sur l’équilibre naturel qui sont à l’origine de la naissance de l’écologie.